(Article in french) Deux semaines après que la Ville de Laval eut repavé un important boulevard, Hydro-Québec a ouvert pas un, pas deux, mais trois nouveaux trous dans la chaussée flambant neuve pour y faire des travaux à son tour.
Le répit des chantiers pour les automobilistes qui empruntent le boulevard Daniel-Johnson entre Saint-Martin et Du Souvenir aura été de très courte durée.

Les travailleurs ont refait à neuf les aqueducs et la chaussée des trottoirs, la rue et la nouvelle piste cyclable durant l’été. La Ville a repavé la route à quelques centaines de mètres de l’hôtel de ville il y a environ deux semaines. Des travaux de 3,1 M$.
Or, plusieurs personnes ont été consternées de voir des travailleurs embauchés par Hydro-Québec creuser trois trous qui s’étendent de la piste cyclable jusqu’au terre-plein central sur un tronçon du boulevard lundi matin. Cela a réduit du même coup les voies de circulation de quatre à deux.

Mal coordonné
Cette situation résulte d’un manque de coordination «inacceptable» entre la Ville et Hydro-Québec qui coûte de l’argent indûment aux contribuables, dénonce le chef de l’opposition officielle, Jean-Claude Gobé.
«Ça n’a absolument pas de sens. Il était censé y avoir une collaboration entre la Ville et les différents organismes qui pourraient avoir des travaux à faire […] Cet argent aurait pu servir à tant d’autres projets beaucoup plus pertinents, à la place d’être gaspillés ainsi», a dénoncé M. Gobé.

À la base, Hydro croyait pouvoir s’arrimer aux travaux de la Ville, mais des problèmes dans l’octroi du contrat d’enfouissage des lignes électriques sur le boulevard ont retardé l’échéancier de quelques semaines, a affirmé la porte-parole d’Hydro, Isabelle Nuckle.
«Nous travaillons très fort pour arrimer nos travaux avec ceux de nos partenaires, et ça a bien fonctionné pour une autre portion du boulevard. Malheureusement, un délai dans l’appel d’offres a fait que nous sommes arrivés sur le chantier après la Ville et on a dû rouvrir la chaussée», a commenté Mme Nuckle.
La Ville de Laval a indiqué que le chantier est toujours en cours, et qu’elle n’avait pas terminé la couche de finition de la nouvelle chaussée avant l’arrivée d’Hydro-Québec.
«Pour nous, c’était un chantier qui ne sera pas terminé avant l’été prochain», a indiqué la porte-parole Stéphanie Gadet.
Ni la Ville ni Hydro n’étaient en mesure de dire combien avaient coûté le pavage et la réouverture du boulevard.

Article de Christopher Nardi, dans le Journal de Montréal
http://www.journaldemontreal.com/2016/10/07/trois-trous-beants-dans-une-chaussee-flambant-neuve